Licenciement - besoin d’infos

Bonjour,

Une amie s’est fait licencier le 29 mars pour la fin du mois d’avril, depuis le 1er avril elle est en maladie, du coup est-ce qu’elle devra finir quand même fin avril ou ça reporte à fin mai? Elle y travaillait depuis 9 mois et a été licenciée pour des raisons économiques. Elle a encore des vacances à prendre, est-ce qu’ils seront obligés de les payer? Car lors de son congé oral, ils lui ont dit qu’elle finirait le 16 avril car elle avait des vacances à prendre.

Si ça reporte à fin mai le congé et qu’elle est tout le mois de mai en maladie, comment ça se passera? Elle refuse d’y retourner pour plusieurs raisons donc quoi qu’il arrive sa psy la soutiendra.

Merci d’avance pour elle car on arrive pas à savoir exactement comment se passera la suite.

Il y a aussi la solution de l'employeur, de l'envoyer voir un autre médecin qui donnera un autre avis médical. Car finalement elle aurait été payée jusqu'à fin avril, pour travailler 11 jours en serrant les dents et elle avait fini. Elle aurait pu s'inscrire au chômage, faire ses offres...plutôt que se mettre en maladie.

Car maintenant c'est elle qui doit des jours à son boulot, tant qu'elle est en maladie, suivant le contrat, elle devra retourner faire ses jours d'avril ou alors trouver une autre solution avec son employeur, comme ne pas se faire payer ses vacances

Si elle trouve un nouveau job, elle devra toujours des jours à son ancien employeur

Dans tout ce qu’on a pu lire sur internet, nous avons jamais lu ce que tu décris, d’où tiens-tu tes sources?

Sa maladie est justifiée mais je vais pas m’étaler sur sa vie privée ici.

************************************
Il vaut mieux vivre ses rêves....que de rêver sa vie!!
***********************************
Heureuse maman de 3 adorables coquins d'amour!

Premièrement, pour les vacances, la jurisprudence est très claire (http://www.cgas.ch/SPIP/spip.php?article788), non, l'employeur ne peut imposer de vacances qu'avec un préavis de 3 mois, donc il faudra qu'il les paie.
Son délai de congé est suspendu tant que dure sa maladie, mais 30 jours au plus vu son ancienneté. Donc le délai peut être suspendu jusqu'au 30 avril si elle est en maladie jusque là. De fait, son licenciement effectif, qu'elle retourne travailler en avril ou pas, sera pour le 31 mai. A voir avec son entreprise et l'assurance perte de gain de celle-ci combien de temps elle sera payée, la loi oblige 21 jours, si elle n'a pas d'APG (non obligatoire) elle sera donc payée 3 semaines en avril et ses rapports de travail s'arrêteront fin mai. Elle a une protection juridique ?

Merci pour ton avis. Elle cotise pour une APG mais n’en sait pas plus de ses droits et elle a pas de protection juridique...

************************************
Il vaut mieux vivre ses rêves....que de rêver sa vie!!
***********************************
Heureuse maman de 3 adorables coquins d'amour!

Étant donné qu’elle n’a pas prévu de retourner travailler elle ferai mieux de trouver un arrangement avec son patron. Se mettre en maladie n’est pas non plus une solution à long terme, que ça soit justifié ou non

Hello,

Un collaborateur qui tombe malade juste après que son licenciement lui a été notifié, c'est un "coup classique" que les Responsables RH et les Assurances perte de gains connaissent bien (d'ailleurs il y a déjà eu souvent des questions à ce sujet sur ce forum).
Ce cas est tellement connu que certains assureurs ont mis en place des procédures spécifiques pour traiter et statuer rapidement sur la justification médicale de ce genre d'arrêts de travail - dans la majorité des cas, délivrés par des psys, car c'est rarement une atteinte physique à la santé qui est invoquée.
D'ailleurs je spécifie juste que seul un autre médecin est apte à juger si l'incapacité de travail délivrée par le médecin traitant est justifiée, et pas l'employeur, ni le collaborateur concerné, ni son entourage, car il s'agit d'une notion médicale.

Du point de vue juridique, comme déjà indiqué plus haut, le solde des vacances devra être payé à la fin du contrat si la personne est malade et que les jours restants ne peuvent pas être pris en nature pendant le délai de congé.
Concernant le délai de protection, il est bien de 30 jours calendrier pendant la première année de service, et le délai de congé est donc suspendu pendant la durée de l'arrêt (du moment qu'il n'est pas reconnu comme médicalement injustifié), jusqu'à concurrence de cette durée.

Quant aux autres questions que la personne peut se poser, ce n'est pas nous qui pouvons y répondre ici, car nous n'avons ni les détails du contrat de travail ni les conditions générales de l'assurance perte de gains conclue par l'employeur.
Dans certains cas, pendant une incapacité de travail pour maladie le salaire est versé à 80%, dans d'autres, il est versé à 100% pendant une certaine durée, puis après à 80% passé un certain délai (déterminé par l'employeur).

Mis à part cela, même si elle est malade j'encourage la personne concernée à ce consacrer déjà maintenant à la priorité qu'elle ne devrait pas perdre de vue: mettre son CV à jour et se mettre activement à ses recherches d'emploi.
Parce que même si sa psy la soutient et lui permet de ne plus retourner chez son employeur actuel, se trouver un nouveau job reste quand même la meilleure solution à son problème.