Question RH et licenciement

Bonjour aux Spécialistes,
Un bon ami à moi a le problème suivant: ça serait tellement adorable si qqun pouvait lui répondre !
Je ne suis pas du tout dans le domaine!
Merci!

j'ai un risque de licenciement entre juin et décembre cette année. je suis né en octobre 59 donc j'ai 59 piges . d'après ce que j'ai lu et entendu des caisses de chômage, j'aurai le droit à 520 indemnités actuellement.

Mais n'étant pas à 4 ans de la retraite, cela veut que dire que je retrouverai à 62 ans à nouveau sur le marché du travail (ce qui serait pire que tout). y a t il une solution pour rallonger mon délai-cadre ou arriver jusqu'à la retraite ?
par ex. si je suis en maladie pendant un certain temps, est-ce que je pourrais arriver jusqu'à la retraite depuis cette année?

Salut,
Malheureusement, il lui reste encore 6 ans avant la retraite. Même une longue maladie n’arrivera pas à l’amener jusqu’à la retraite.
La maladie pourra suspendre son licenciement (selon son ancienneté dans la société => maximum 180j dès 6ans de boîte)
Je lui suggérerais de commencer déjà à chercher un autre job.

Merci beaucoup d’avoir pris Le temps de répondre!

Un ancien collègue a été licencié à 60 ans. Ça avait été la galère en effet.
Il a du chercher un autre job. Le chômage ne couvrait pas jusqu'à la retraite. Il a trouvé un autre travail 6 mois par année.

Oh mince. Dur dur. Merci de ton témoignage.

S'il a cotisé au moins 24 mois avant d'être au chômage, il aura droit à 520 indemnités donc 2 ans de chômage. A 59 ans, il n'aura pas d'autre possibilité que de trouver un nouvel emploi... même avec quelques mois de maladie, il n'arrive pas à l'âge de la retraite, même s'il devait anticiper sa rente AVS de 2 ans ! C'est clair que c'est pas le meilleur moment pour se retrouver au chômage ! Après, selon le secteur et ses compétences, il peut retrouver du travail. Il doit rester positif !

pour la maladie, faudrait voir si il est dans une convention collective, dans ce cas la maladie pourrait aller jusqu'à 720j si il a bossé suffisamment de temps dans la boîte. mais après avoir un certificat médical de 2ans sans être malade ???! et même si la boîte ou il est peut le liciencier après 180j, mais qu'elle a une perte de gain maladie il recevrait ces indemnité de l'assurance pendant 720/730 jours

après faudrait voir le parlement parle d'offrir év. la possibilité de rente pont au personne de plus de Xans qui arrivent en fin de droit de chômage afin qu'ils ne doivent pas passer au social (ils en parlent ces jours, ça serait pour donner suite à la votation de la libre circulation afin d'éviter de recruter à l'externe .... enfin je suis pas une spécialiste en politique faudrait aller voir ce qu'il en est exactement)

Mes deux poupettes sont âgées de 7 ans et 9 ans

Je lui ai transmis.

Hello ICUnurse,

Dur dur comme situation, mais tu n'expliques que peu de choses en fait.
Si cette personne soupçonne aujourd'hui un risque de licenciement dans quelques mois, j'imagine que c'est
1) Soit parce qu'il aurait reçu un avertissement et qu'il suppose qu'il n'arrivera pas à faire ce que l'employeur lui demande,
2) Soit parce que l'entreprise a de gros soucis, et qu'une réorganisation avec des suppressions de postes est dans l'air. Ce qui peut impliquer un licenciement collectif, avec tout ce qui va avec, négociation d'un éventuel plan social, qui peut inclure des mesures spécifiques pour les personnes en fin de carrière.

Le premier conseil que je peux donner, avant de se poser les questions que tu nous soumets, est d'essayer de dialoguer maintenant avec l'employeur avant que le licenciement ne soit prononcé: c'est une démarche à laquelle beaucoup de gens ne pensent pas, mais çà vaut la peine d'essayer, surtout s'il est quasi sur de ce qui va arriver, il n'a rien à perdre.
Si la personne concernée n'ose pas entamer le dialogue tout seul (ce que je comprends), il peut en parler à ses collègues et qu'ils aillent voir ensemble un syndicat qui pourrait prendre contact avec l'employeur pour représenter leurs intérêts.
Concrètement, si des suppressions de postes sont dans l'air, cà vaudrait la peine de demander quels critères seront/seraient utilisés pour déterminer qui va partir (notamment, essayer d'éviter les personnes en fin de carrière qui seraient dans une situation bien plus difficile), et quelles mesures de soutien seront / seraient prévues pour les personnes licenciées (indemnités de départ, retraite anticipée, aide à la recherche d'emploi, etc)

Mis à part ce questionnement sur le pourquoi et le comment de ce qui peut se passer, effectivement la première chose à faire est d'anticiper les choses et d'essayer dès maintenant de chercher un nouveau job.
Oui à 59 ce n'est pas facile, mais çà l'est quand même plus qu'à 62 ans, çà c'est clair.
Donc à sa place, je mettrais mon CV à jour et j'activerais mon réseau de contacts pour chercher dès maintenant ailleurs.
Parce quoi qu'on en dise, retrouver un nouveau job serait évidemment la meilleure solution, aussi au niveau financier.

Au moment où le licenciement sera(it) prononcé, mis à part les éventuelles mesures collectives qui auraient été discutées, à sa place le premier thème que j'aborderais est une aide à une retraite anticipée.
Une retraite anticipée, qu'elle soit demandée par le collaborateur ou par l'entreprise, est déjà possible 5 ans avant la retraite, donc à partir du mois d'octobre, il sera dans la cible, surtout si le licenciement est prononcé dans la deuxième partie de l'année avec un délai que j'imagine de 3 mois pour la fin d'un mois (automatique s'il est dans sa dixième année de service).
La grande question à ce moment, c'est que si c'est lui qui décide de se mettre en retraite anticipée, s'il n'y a pas de financement même partiel par l'employeur, cela va évidemment réduire drastiquement sa rente LPP, et il devra assumer le trou avant de toucher l'AVS.
S'il y a financement au moins partiel par l'entreprise, cela peut être une grande aide et cela vaut encore plus la peine de l'envisager.
Il pourrait par exemple essayer d'obtenir une rente pont AVS financée par l'entreprise et/ou un taux de conversion plus avantageux pour sa rente LPP, et là cela augmenterait nettement ses revenus.
Ne sachant pas si l'employeur a prévu cette possibilité de financement et à quelles conditions, difficile d'en dire plus.
Mais cela vaut la peine de demander les calculs de toutes façons, et d'avoir cette possibilité en tête quoi qu'il arrive, et ce qu'il y ait financement ou non.

Concrètement pour les éléments demandés et déjà discutés sur ce post:

Oui s'il a cotisé pendant 24 mois il a droit à 520 indemnités journalières (2 ans).
Mais attention s'il est à moins de 4 ans de l'âge de la retraite au moment de l'ouverture du délai cadre d'indemnisation (ce ne sera normalement pas son cas), il peut avoir droit à 120 indennités journalières (un peu moins de 6 mois) supplémentaires.

S'il tombe malade ou a un accident (avec incapacité de travail) avant la fin de son contrat, son délai de congé peut être suspendu d'une durée de 30, 90 ou 180 jours calendrier en fonction de son ancienneté.
S'il a plus de 5 ans d'ancienneté, c'est le délai de 180 jours calendrier (environ 6 mois) qui s'applique.
MAIS ATTENTION: en réalité ceci est théorique, cela ne se fait pas automatiquement.
Premièrement, il faut d'abord qu'il ait une maladie suffisamment grave pour qu'un médecin lui fasse un certificat médical tous les mois pendant au moins 6 mois.
Pas évident, parce que les médecins sont de plus en plus contrôlés pour lutter contre les certificats de complaisance.
Deuxièmement, même s'il obtient les certificats médicaux pendant la durée nécessaire, cela ne veut pas dire que son employeur ou son assurance perte de gains (s'il en a une) va forcément lui payer son salaire pendant toute la durée.
En effet si son incapacité se prolonge au delà de quelques mois, il y a de fortes chances qu'il soit envoyé chez un médecin conseil qui peut tout à fait décider que l'incapacité de travail n'est pas justifiée médicalement (cerfificats médicaux de complaisance), et donc décider de suspendre le versement des indemnités, et ce même si son médecin traitant continue de lui fournir un certificat tous les mois.

En dernier lieu, la solution envisagée de bénéficier des indemités de l'assurance perte de gains (à nouveau, si l'employeur en a une) jusqu'au délai maximum de 730 jours, c'est encore moins probable, pour la même raison que je viens d'expliquer ci dessus.
Personnellement en 20 ans de carrière je n'ai connu que très peu de cas de personnes ayant bénéficié de la totalité du délai de 730 jours d'indemnisation de l'assurance, et ce n'était que des cas de maladie (cancer ou du genre) ou d'accidents très graves.
Il faut être claire, à moins que cette personne ait un très gros problème de santé qui lui tombe dessus avant la fin de son contrat (ce que je ne lui souhaite évidemment pas !), il n'en bénéficiera pas.

Oui il sait qu y aura des licenciements en juin :0((

Hello,

Oui c'est ce que j'avais supposé.
Pour résumer mon gros laius ci-dessus, je vois les pistes suivantes (et il peut les cumuler) :

- Commencer à rechercher un nouveau travail dès maintenant: pour moi le plus important
- Essayer dès maintenant de discuter des conditions de cette réorganisation avec l'employeur, dans l'idéal ensemble avec ses collègues et avec l'aide d'un syndicat.
- Dans son cas précis, c'est une aide financière à la retraite anticipée qui est la condition à demander
- En revanche, sauf réel très gros pépin de santé, essayer de prolonger les choses en se mettant en maladie ne peut permettre qu'une prolongation de quelques mois

Concrètement, il a quelle spécialité, il est dans quel domaine d'activité et dans quelle région ?
Il m'arrive régulièrement d'engager des gens dans sa catégorie d'âge, mais dans la grande majorité des postes ouverts que j'ai (c'est sur Genève), il faut maitriser l'allemand…
A ta / sa dispo par MP si tu veux