Rupture ? conjoint avec troubles personnalité

Bonjour à toutes,
Je viens ici pour vos avis francs et éclairés, vos expériences surtout sur un sujet délicat. Je suis en couple avec qqun souffrant de troubles de la personnalité multiples, donc il y a lui et 3 autres personnalités dont un agressif et parfois violent. Ça fait 8 ans, j étais au courant dès le début de sa maladie et j étais jeune (23 ans) j ai tout accepté par amour. Ne sachant aussi pas comment faire autrement, ayant eu un père absent et démissionnaire et voulant à tout prix qu on m aime.. et pensant pouvoir le stabiliser. J ai accepté la violence verbale les remarques blessantes, qu il me bouscule, et j en passe. J étais une éponge, j encaissai tout. Depuis 2 ans je fai un travail sur moi avec un psy, pour m aider à agir autrement, car je n accepte plus certaines choses notamment la violence et les délires qui surgissent pour un oui ou un non. Et j ai changé de comportement avec lui. Sauf que lui n apprécie pas, il m a dit y a une semaine que je ne pouvais pas lui en vouloir car c était sa maladie et que je devais fermer ma gueule et attendre que ça passe...! Texto.. j ai dit non. Il y a un an suite à une grosse crise je suis partie, pensant mettre un terme à tout ça. Puis je suis revenue acceptant ses excuses et arguments. Suite à quoi il m a proposé d emménager avec lui et j ai refusé lui disant très sincèrement que je n avais pas les nerfs pour supporter ses changements de personnalité incessants. Il n accepte pas et m en veut, son psy lui a diagnostiqué une dépression qu il me met sur le dos. Bref mes questions sont les suivantes: à partir de quel moment doit on penser à soi et agir en mettant un terme à une relation ? Quel a été le déclic pour vous ? Y a t il une autre issue que la rupture ? Si qqun en a fait l expérience... sinon que feriez vous à ma place ?
D avance merci et bonne semaine !

Je trouve un peu facile qu'il mette tout sur le dos de la maladie. Il existe des traitements médicamenteux et psy pour stabiliser tout ça. Franchement pour l'avoir vécu, partez pendant que vous le pouvez encore. Vivez votre vie et soyez heureuse. Parce que même s'il y a des sentiments, je doute que vous soyez heureuse. Et qui sait un jour sur l'effet de la colère il commaîtra peut être l'irréparable. On entend trop souvent des femmes qui sont mortes à cause de violences. Protégez vous et partez.
C'est une décision très difficile à prendre mais franchement vous retrouverez le bonheur.

Maman d'une princesse de 2008, née naturellement.
10 ans après...
Utérus unicorne pour moi, spermogramme pas top pour lui
3 IAC: neg
En route pour la fiv...
C46: +++ grossesse spontannée à la veille de la FIV, GEU à 7SA
C5: +++, GEU à 7SA

Il est suivi et sous traitement... mais ça ne règle pas le problème de fond ou il est mal suivi alors. Je peux vous demander quel a été le déclic pour vous ? En MP si vous préférez

Je vivais avec un cuisinier qui en locurance était le papa de ma fille (13 mois à l'époque). Un soir il m a refrappé sans aucune raison. Et comme je faisais à manger je me suis souvenue de sa malette de couteaux de cuisine. C est à ce moment là que j'ai eu peur. Ma maman l'a su ce soir là qu'il me battait, même si ça faisait longtemps qu'elle s'en doutait. Du coup elle est venue me chercher 3 jours plus tard avec toutes mes affaires et ma puce.

Maman d'une princesse de 2008, née naturellement.
10 ans après...
Utérus unicorne pour moi, spermogramme pas top pour lui
3 IAC: neg
En route pour la fiv...
C46: +++ grossesse spontannée à la veille de la FIV, GEU à 7SA
C5: +++, GEU à 7SA

L instinct de te protéger toi et ta fille, a été le plus fort...

Même avis que misstutu...
Tu mérites le bonheur maintenant pour toutes ces années déjà sacrifiées ! Tu n’es pas responsable de sa maladie, de son bonheur à lui et de ses problèmes.
Un mauvais moment à passer pour retrouver un équilibre. Bon courage

Je sais que je ne suis pas responsable même s il tente de me le faire croire... c tellement dur et je n ose pas tout dire à mes amies donc j édulcore ce qui se passe le plus souvent

Tu es un ce qu'on appelle une proche aidante
Place délicate surtout quand tu es en couple avec la personne
Je te conseille de demander un entretien conjoint entre ton psy, le sien et vous deux. Pour poser les choses et voir quelles possibilités s'offrent à vous pour préserver/sauver votre couple.
Bon courage !
Si jamais il y a des consultations gratuites sur VD pour les proches aidants.
https://www.espaceproches.ch/ c'est le lien pour Lausanne, si tu n'es pas de Lausanne tu dois pouvoir trouver les informations pour ta région sur le site que je t'ai mis.

Le rdv psy.... sans succès sur la durée. De mon côté g surtout fait ce travail pour moi déjà pour aller mieux et gérer certaines angoisses.

Qu'attends-tu comme réponse sur le forum ?
Ta position est difficile, c'est dur à gérer au quotidien les relations avec les gens atteints de troubles psy.
Tu dois certainement déjà savoir au fond de toi ce qui serait bien pour toi. Peut être commence par prendre un peu de distance... Et renouvelle le rdv avec les psys, en général 1 entretien de réseau ne suffit pas, il faut en fixer d'autres et faire le bilan sur les précédents.

Positifs ou négatifs de personnes ayant vécu cette situation, d un côté ou de l autre. Pour les psy ça me semble bouché il refuse que je revienne aux rdv avec lui donc je vai pas non plus le supplier

Pense à toi... Pense à ton futur, pense à combien de temps tu peux encore tenir comme ça. Mets les choses en place pour TOI et le reste se mettra en place tout seul.
Des fois il faut savoir prendre des décisions, ne pas subir les choses, ne pas subir la vie. Nous sommes nos choix comme on le dit si bien. Et tu es la personne la plus importante de ta vie.
Tu trouveras tjs des gens qui en auraient moins supportés que toi, l'inverse également.
J'ai vécu avec le genre de personne que tu décris, pendant 8 ans ! Cela fait plus de 5 ans maintenant que je suis libérée (et je pèse mes mots). J'ai mis un moment à remonter la pente, à reprendre confiance en moi et je n'ai AUCUN regret.
On ne peut pas sauver toute la planète, et encore moins quelqu'un qui n'arrive pas à faire quelques pas dans ta direction.

8 ans comme moi.. à quel moment tu as décidé que c était fini? Je sais que le chemin sera long pour remonter la pente mais ça doit pas peser dans ma décision.. Comme tu le dis : libérée et aucun regret. Voilà ce qui me conforte dans ce que je pense à ce jour. Bravo en tout cas d avoir réussi à passer ce cap

J'ai décidé que c'était fini lorsque je me suis rendue compte que j'avais déjà perdu beaucoup de temps et que si je restais j'allais en perdre encore (et pas que du temps...des amis, de l'argent, la santé, etc.). J'ai regardé autour de moi (chose que je ne faisais plus depuis longtemps à cette époque!!) et je me suis dit que ça allait être difficile, qu'au bout de 8 ans de relations il y a tellement d'habitudes de vie quotidienne qui sont là (ça me paraissait insurmontable) mais que j'allais y arriver. C'est bête mais j'ai pensé à pire, j'ai pensé aux gens qui vivent des choses horribles sans rien pouvoir faire et je me suis dit que j'avais la chance de pouvoir prendre des décisions ! et je l'ai fait...
bon il m'a fait ch... pendant un moment hein car je l'avais tellement atteint dans sa fierté que c'était impossible que tout se passe comme avec qqn d'un minimum sensé... mais je m'y attendais et j'ai pas lâché.

En tout cas n'aies pas honte d'en avoir marre, et garde en tête que tu as le droit d'être heureuse comme tout le monde, que tu es jeune et que tu as toute la vie devant toi ! Tu dois sûrement avoir mis plein de choses de côté, des amitiés, des sorties, pour pouvoir "aider" et "vivre" aux côtés de ton conjoint actuel. Est-ce vraiment ça la vie que tu mérites ? Est-ce cette vie là que tu t'étais imaginée vivre quand tu étais enfant ? Penses à tes rêves, penses à tout ce qui est possible encore de découvrir et de vivre...

Courage psyko !

Argent, amis oui j en ai perdu...la santé pas encore, mais je suis usée... je sais qu y a aussi l après, ça m étonne pas du tout quand tu dis qu il t a fait ch*** un moment... et tu l as complètement sorti de ta vie ou tu le croise encore via amis communs ou si vous êtes dans la même région ? Je sais que je dois trouver le courage comme toi de mettre ce terme et de m y tenir, j ai juste peur de pas être assez forte

ne sous-estime pas tes capacités :-)
on trouve de la force quand il s'agit de survie... tu dois croire en toi !
j'ai coupé les ponts complètement, ça ne l'a pas empêché de me contacter encore et encore et encore... je n'avais laissé qu'un seul canal de communication = mail
facebook, whatsapp, sms, appels, etc. j'avais tout bloqué... j'avais même bloqué le mail au début mais c'était pas la bonne idée car il s'en prenait à l'entourage (même téléphoné à la direction de mon taff une fois) donc j'ai laissé que le mail.
et il faut t'entourer, il faut en parler à tes proches de confiance, prévoir tes week-ends, prévoir des choses pour toi... tu peux pas juste dire voilà c'est fini et espérer très fort qu'un matin tu te réveilles et tes tracas ont disparu... combien de fois je me suis dit mais c'est un cauchemar, je vais me réveiller tout sera fini et non... mais ça apprend beaucoup de choses, à faire des choix, à penser à soi, à grandir, à découvrir plein des capacités que tu ne pensais pas avoir...
pour ta question sur les amis, tu sais toi-même qu'après toutes ces années tu as beaucoup en commun avec ton conjoint, tu en perds et d'autres restent.. ça fait partie de la vie..

Je n ai pas peur de me retrouver seule et j ai la chance d être entourée même si je ne dis pas tout. Je te fai un MP;)

je discute volontiers avec toi en MP :-)

Et puis, je ne sais pas si tu en souhaites ou si tu en as déjà mais... te projetes tu avec des enfants avec lui par ex ?
J’ai vécu 3 ans avec quelqu’un qui avait un peu un problème d’alcool, et ce qui m’a décidé c’est que non, je ne voulais pas d’enfant, avec lui ! Je ne pouvais pas concevoir de porter la responsabilité du bonheur d’un enfant avec quelqu’un comme lui... donc rupture.

Je ne me vois pas avoir un enfant avec lui dans cet état..

Comme les autres
Tu sais ce que tu dois faire.
Sa maladie était la avant toi et elle sera la après toi.
La dépressionest une maladie. Tu n'es pas responsable comme tu n es pas respo sable lorsqu' il a la grippe...
Prends soin de toi
Le moment où il faut te choisir toi ? C'est tout le temps.
Après tu peux toujours avertir son psy que tu ke quittes pour qu'il l aide

Comme les autres
Tu sais ce que tu dois faire.
Sa maladie était la avant toi et elle sera la après toi.
La dépressionest une maladie. Tu n'es pas responsable comme tu n es pas respo sable lorsqu' il a la grippe...
Prends soin de toi
Le moment où il faut te choisir toi ? C'est tout le temps.
Après tu peux toujours avertir son psy que tu ke quittes pour qu'il l aide

Le moment ou je dois me choisir c tout le temps. J ai oublié ça pendant bien longtemps.. c était lui avant

Perso je me poserai là question suivante si je désire des enfants dans le futur : est-ce que je veux que ce soit le père de mes enfants ?
Si non, je partirai ...

Non pas avec lui, je ne m y vois pas... c déjà compliqué à 2 donc... non

Pense à toi aussi à ne pas regretter dans 5 ou 10 ans d être passé à côté de la.vie commune des enfants de t être sacrifier

de raisons et aujourd'hui, la question qui me vient c'est plutôt "mais pourquoi reste-t-on dans ce type de relations?".

Aujourd'hui, je me dis que la relation doit être un + par rapport à mon équilibre quand je suis seule. Et j'ai appris à être tout à fait heureuse seule!

C'est facile à dire, d'autant que je suis depuis longtemps maintenant dans une relation super. Mais je te le dis avec beaucoup de compassion pour avoir moi-même longtemps choisi des relations qui au final me bouffaient de l'énergie, me faisaient me remettre en question tout le temps, dans lesquelles je me sentais impuissante, pas en confiance, tout le temps dans des prises de tête mentales.

Aujourd'hui j'aurais envie de te dire que la question qui me vient à l'esprit, davantage que " quand partir" c'est plutôt "mais pourquoi rester?"

Peut-être que tu l'aimes encore, ou que tu as peur de lui faire du mal, ou peur de sa réaction, mais sincèrement (et à nouveau c'est très facile à dire) je pense qu'une relation doit être un + dans ta vie. Personnellement, ça m'a d'abord demandé d'apprendre à vivre seule et vivre très bien! Aujourd'hui, j'ai confiance dans le fait que je serais tout à fait heureuse seule. Bien sûr que ce serait un équilibre à trouver, que suivant les circonstances de la séparation cela me demanderait du temps et de l'énergie de retrouver le chemin de mon bonheur en solitaire, mais je pense que dans une relation chacun doit se dire qu'il ne peut pas être "le boulet" de l'autre!

Chacun doit travailler à être un + dans la vie de l'autre. Et c'est triste à dire, mais je pense qu'il y a des gens qui souffrent de maladies qui font qu'ils ne peuvent pas créer une relation épanouissante avec quelqu'un. En tous cas pas pour le moment, et ma foi c'est très dur, mais je pense qu'à l'heure actuelle, il y a des pathologies psychiatriques qu'on ne sait pas encore bien guérir et qui font que les personnes qui en souffrent ne pourront peut-être pas être parent, ou pas être dans une relation de couple saine. C'est très dur pour ces personnes, mais c'est la réalité.

Franchement, de ce que tu décris, c'est comme si tu t'interdisais le bonheur, alors qu'au fond de toi, tu sais très bien que toi tu pourrais vivre une relation beaucoup plus épanouissante... Est-ce que tu as besoin de "permissions" pour ne pas te sentir coupable? En tous cas, de mon point de vue tu peux y aller... Et je te dis ça parce que j'ai dans ma famille très proche des personnes dont je me "protège" parce que leur pathologie psychiatrique est insoutenable pour moi. En l’occurrence, comme il s'agit de l'un de mes parents, je n'arrive pas à "couper les ponts" complètement, mais je me protège. Je sais que la personne ne fait pas exprès, qu'elle est très difficile à vivre pour des raisons face auxquelles elle ne peut pas grand chose. C'est un crève-coeur pour moi de voir qu'elle n'arrrive pas à construire des amitiés satisfaisantes, que les gens ont tendance à la fuir. J'ai longtemps essayé de faire comme si tout allait bien, comme si je pouvais faire quelque chose pour l'aider, comme si je pouvais changer quelque chose dans mon comportement pour aider la personne à vivre mieux. Maintenant je sais - en très résumé - qu'elle est hyper difficile à vivre, que personne de tout à fait sain n'aurait envie de la côtoyer à long terme, et surtout surtout, que ce n'est pas à moi de me sacrifier pour essayer de la rendre heureuse. C'est dur d'accepter de laisser quelqu'un seul avec sa souffrance. Surtout si on l'aime, surtout si on voit bien qu'il ou elle ne fait pas exprès. Mais ça ne change rien au fait qu'il n'y a aucune raison de se laisser pourrir l'existence parce que ces personnes souffrent.

Je suis carrément d accord avec toi et crois moi je me la suis posée cette question tellement de fois... à essayer de comprendre ce mécanisme.. c est important de savoir le pourquoi, pourquoi on reste, pourquoi on pardonne, et c est aussi pour ça que j avais entamé un travail psy pour me donner ces réponses et je les ai presque toutes trouvées. J espère que pour toi tu as aussi pu y répondre. Je te rejoins parfaitement quand tu dis qu une relation doit être un + dans notre vie et pas l inverse... c est d autant plus dur quand c est un de tes parents car on est liés à vie! J’ai aussi tout essayé et même de changer mon comportement, sans résultats..

Babayaga : AMEN
Je suis complètement d'accord avec ce que tu as écrit.

Par rapport à babayaga, je pense aussi que cela peut rendre service de laisser la personne avec sa souffrance et ne plus la porter, dans la relation de co-dépendance de la copinaute très bien décrite (sauveuse, victime...), peut-être la séparation pourrait aussi faire faire des pas à son ami, et qu'il bouge. De toutes manières il devra aussi traverser la phase de deuil, qui est de chaque côté , même en cas de relation toxiques. ET son chemin, ses émotions, sa déprime ou psychose post rupture ne t'appartient pas, un autre réagirait pareil, ce n'ets pas TA faute si il va aller plus mal. Il faut vraiment faire la part des choses, ce qui bien sûr est difficile car le plus souvent dans la co dépendance c'est depuis l'enfance que on fonctionne dans tel ou tel schéma...

Je suis aussi étonnée de nombre de personnes qui se mettent de côté (leur besoin, leurs désirs, leur évolution...) juste par besoin de reconnaissance (soutenir un parent , un conjoint.....), en plus qui arrive jamais, ou qui suffit pas à combler le vide au fond de soi et le manque de confiance.... et c'est en général au détriment de leur propre développement et évolution.


"A la matière se vouer, c'est broyer des âmes; en l'homme se contempler c'est édifier des mondes" R. Steiner

Aussi ce que tu dis... je n ai pas su fonctionner autrement pendant longtemps, toujours à me faire passer après les autres. Aujourd’hui penser a moi en premier me fait le plus grand bien et il était temps