Récit de mon Avac "maison"

Voici le récit de mon accouchement physiologique après une première césarienne.

Après une césarienne en février 2012 pour souffrance foetale, à nouveau enceinte, je décide de me faire suivre par une sage-femme indépendante qui a accès à un plateau technique en maternité, afin de vivre avec elle mon Avac en sécurité mais de manière physiologique.

Deux jours avant le terme, je me réveille à 5h du matin avec une vague douleur au ventre. Le soir d'avant je suis allée à une réunion LLL, où j'ai emprunté un livre de Michel Odent, que j'ai lu le soir même. Intuition ? Pleine d'énergie, je commence ma journée et je ressens régulièrement quelques petites douleurs dans le bas-ventre. Je ne reconnais pas la sensation de contractions et je ne pense pas que cela annonce l'accouchement. J'informe quand même mon mari, qui part travailler un peu soucieux.

Une amie vient chez moi, elle arrive vers 10h30 et là j'identifie des contractions. Elles sont pas trop régulières, toutes les 7-8 minutes environ. J'appelle ma sage-femme pour la tenir informée. Nous partons nous balader en forêt, avec ma fille. Au cours de la promenade je note mes contractions et les choses se précisent, je contracte toutes les 5 minutes mais j'estime que ce n'est pas tout à fait régulier, je me dis que ce n'est que le début. Il est midi lorsque nous rentrons chez moi. Mon mari est rentré du travail.. intuition masculine ! Les contractions sont maintenant douloureuses, je marche entre chacune et ondule du bassin quand elles arrivent. Je rappelle ma sage-femme et lui dis que j'ai peur, que je ne sais pas si il faut qu'elle vienne dès maintenant ou pas. Je prends un bain, qui ne me soulage pas, j'en ressors vite. Ma fille est toujours à la sieste et ma maman doit arriver bientôt, il est convenu qu'elles restent toutes les 2 chez nous alors que nous nous rendrons à la maternité avec la sage-femme. Ma sage-femme me dit qu'il faut que je puisse être au calme et me suggère d'envoyer ma fille chez ma maman, y compris pour la nuit. Ma mère vient donc chercher ma fille et la prend chez elle jusqu'au lendemain.

Je rappelle ma sage-femme quand ma fille est partie et lui annonce que les contractions se rapprochent soudainement. Elle me dit que ça doit être l'effet du stress d'avoir dû réveiller ma fille de la sieste et d'avoir dû insister auprès de ma maman pour qu'elle change ses plans. Je ne suis pas trop convaincue que ce soit le stress, j'ai plutôt l'impression que c'est l'accouchement qui se précise, mais je n'en dis rien, de peur de me tromper et de passer pour une chochotte. Ma sage-femme me conseille de prendre un bain. Je n'en n'ai pas envie, la baignoire me semble trop petite, j'ai envie d'espace, mais je m'y résous quand même. On pose une couverture sur la fenêtre de la salle de bain, afin que je reste dans la semi-obscurité. La sensation de chaleur sur le bassin est agréable entre chaque contraction. Celles-ci s'intensifient d'ailleurs. Mon mari appelle la sage-femme et lui dit qu'il faut qu'elle vienne cette fois. Elle est à 45 minutes de route, ça me semble long. A ce moment, mon mari réalise qu'on ne partira jamais à la maternité.

Dans la baignoire, je prends différentes positions. Durant un moment, je me tiens suspendue par les bras au rebord de la baignoire, j'en garderai d'ailleurs de belles courbatures durant plusieurs jours. Mais bientôt c'est la position à 4 pattes qui me va le mieux. Au bout d'une longue contraction, j'ai soudain envie de pousser un peu et ça me fait grogner. Je repense aux écrits de Michel Odent, qui décrit ce grognement qui accompagne le réflexe d’éjection du foetus. Je me dis que je me fais des films, que ça ne peut pas être ça. Deuxième contraction très longue, et même sensation. Puis il n'y a plus de doute, c'est durant toute la prochaine contraction que le besoin de pousser se fait sentir. Ça me fait peur tout à coup, je me dis qu'il y a de fortes chances pour que j'accouche seule avec mon mari, je crie passablement. A la contraction suivante je me lance, c'est comme si j'acceptais et je me laisse pousser durant les quelques contractions qui suivent. Je sens mon périnée qui devient large et plat, mais je ne sens pas la tête ni les cheveux. La contraction suivante est très forte, je sens la sensation de brûlure et je pousse pour en finir. D'un coup la tête est là, entre mes jambes ! Quelle sensation ! Petit moment de fierté, de soulagement, je me dis que je vais le faire, mettre au monde ma fille dans ma baignoire, juste avec mon mari ! D'ailleurs je vois celui-ci du coin de l'oeil et il est en train de se laver les mains ! Je lui dis de se dépêcher de recueillir notre fille qui sera là à la prochaine contraction. Celle-ci arrive et je sens son corps passer. Ensuite moment de flottement, ma puce a glissé des mains de mon mari et s'est retrouvée dans l'eau de la baignoire ! Il a vu qu'elle avait 2 tours de cordon autour du cou et ça l'a stressé et elle lui a échappé des mains. Il la reprend dans l'eau, ça me semble durer une éternité. Il la prend, je me tourne avec difficultés (le cordon nous encombre) et la prend sur moi. On la recouvre de linges secs et voilà, c'est fait, elle est là, blottie contre moi. On l'a fait cet avac, je n'en reviens pas.

Je n'éprouve pas un amour immédiat pour ma puce, plutôt de la curiosité. Alors que je pensais que je pleurerais comme une madeleine à ce moment, ben rien, mon mari non plus. Quelques minutes passent et j'entends la sage-femme qui arrive. Elle m'aide à sortir de l'eau où je ne me sens plus bien et à me déplacer jusqu’à mon lit, le cordon encore battant. Il ne sera coupé qu'un quart d'heure après, lorsqu'il ne battra plus. La délivrance arrive peu après. Après une bonne heure de découverte de notre fille dans l'intimité et une première mise au sein, la sage-femme vient m'examiner et me recoudre. Comme l'accouchement a été très rapide, les tissus n'ont pas eu le temps de s'étirer et je suis bien déchirée, superficiellement, mais partout.. finalement c'était peut-être ça le plus pénible de l'accouchement !

Et voilà, après un premier accouchement catastrophique pour mon aînée et les 6 semaines en néonat qui ont suivi, voici ce beau cadeau de la vie qui nous est fait, un accouchement on ne peut plus physiologique, dans l'intimité. Merci la vie !

Merci Tikini pour ton magnifique récit ! C'est beau un accouchement qui se passe ainsi et bienvenue à ta fille.

Cacahuète, maman de deux garçons nés le 03.08.1999 et le 02.10.2007 (IMG le 10.05.2001 à 13 SA)

J'en ai la larme à l'oeil., très émouvant.
Bienvenue à ta puce et félicitations

Maman comblée de 3 charmants garçons de janvier 2011, septembre 2012 et novembre 2014.
Et d'une princesse de mai 2017

Félicitations et surtout bravo pour votre self Control!!!! Je suis pas certaine que ni mon mari ni moi serions resté aussi calme, vous avez gérer comme des pro!!!!
La SF par contre... euh ... elle est pas bien vive!! heureusement que tout s'est bien passé!

Encore félicitations!

Lilypie Pregnancy tickers
Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers Lilypie - Personal pictureLilypie Fourth Birthday tickers

Quel bel accouchement Tikini!
Comme les autres je suis épatée par le self contrôle que vous avez eu tous les deux.
Même pas peur! Waow!
Alors que ça aurai pu être effrayant de se retrouver seuls sachant que c'était un AVAC.

Félicitations!!!
Bravo pour cet accouchement instinctif et fabuleux! Et bienvenue sur terre à ta petite fille!


Projet d'espace éducatif alternatif: portage des bébés, couches lavables, écologie, ouverture aux parents, éducation à la paix et à la démocratie...
Plus d'infos sur www.l-alter-native.ch

Toutes mes félicitations et quelle émotion de te lire!!! J'aurais adoré en faire autant!!!

Ne croyez pas que le chocolat soit un substitut à l'amour... L'amour est un substitut au chocolat.
Miranda Ingram

Maman de 2 garçons nés le 5 octobre 2000 et le 16 mai 2003

Plusieurs Tupperware a vendre d'occasion en super bon état, me contacter par MP!

Wahou j'en ai les larmes aux yeux... c'est juste merveilleux de pouvoir accoucher ainsi après ce que tu as vécu la première fois avec ta grande...

La sage-femme n'a vraiment pas réalisé que tu étais bien avancée... je suis un peu surprise.

Bravo et félicitations !!

-------------------------------------------------------------
Maman d'une janviette 2012 (TG + à C14)
et d'un petit juinetton 2014 (TG + à C3)

Waouw magnifique félicitations

❤❤❤
Maman de 3 gnômes de 18 - 15 - 10 ans

Merci les filles pour vos commentaires !

Je ne pensais pas avoir la chance de publier un récit d'accouchement dans cette rubrique, hi hi hi...

Suis d'accord avec quelques unes d'entre vous, la sage-femme n'a pas tout à fait bien évalué mon état et heureusement que tout s'est bien passé. Mais au final, quel cadeau que d'avoir pu vivre ça juste avec mon mari. Je ne suis pas sure que j'aurais été si centrée, si concentrée et autonome si la sage-femme avait été là. On m'a dit aussi que quand les accouchements sont si rapides, les mamans et les bébés se portent quasi toujours très bien. Quant à l'avac, je n'y ai plus pensé dès que les choses sérieuses ont commencé. Mais les risques de rupture sont élevés surtout que le travail traîne en longueur, donc là on a minimisé les risques ;-)